Améliorer la bientraitance à l’hôpital, des solutions à venir

En 2010, Roselyne Bachelot chargeait le Dr Michel Schmitt, chef du département d’imagerie médicale à l’hôpital Schweitzer à Colmar de trouver des solutions afin d’améliorer la bientraitance à l’hôpital. Afin d’étayer ses travaux, le docteur Schmitt avait demandé par le biais de la presse des témoignages à la population alsacienne. Malheureusement en raison des remaniements ministériels, les débats régionaux prévus n’ont pas encore eu lieu.

Les questions posées au public tournaient autour de la définition d’un acte bientraitant et d’un acte maltraitant. Le but étant de savoir ce qu’était pour le patient un bon soin : « Est-ce seulement un geste technique ? Quelle doit être la place laissée aux proches des malades ? Que leur dire, comment leur dire ? Comment voient-ils la consultation d’annonce ? Comment annoncer un cancer ou une maladie grave ? L’annoncer seulement à la personne ou aussi à ses proches ? »
Cette méthodologie permet d’aboutir à des propositions proches des patients, respectant les valeurs éthiques de la bientraitance.

Certaines réponses commencent déjà à s’esquisser. Les prérequis à la bientraitance sont la formation professionnelle et les moyens techniques ; mais également la relation humaine par le respect et l’écoute de la personne.

Un rapport final, étant la synthèse de six débats devrait être remis en octobre.

Lire l’article sur lalsace.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *