Eviter un traumatisme supplémentaire aux enfants victimes de maltraitances

Les enfants ayants subi des maltraitances se trouvent dans une situation pénible lorsque les choses sont révélées au grand jour. En effet, lorsqu’il s’agit de témoigner et d’expliquer la situation qui a été la sienne, on demande à l’enfant d’en parler aux services sociaux, au médecin ainsi qu’aux forces de l’ordre, au juge, etc. Autant d’examens et d’interrogatoires particulièrement douloureux  pour la victime.


Pour remédier à cela, une unité spéciale a été mise en place au centre hospitalier de Saint Quentin dans le département de l’Aisne. Le but étant de commencer à faire entrer l’enfant dans une démarche de bientraitance à son égard.

Cette unité nommée « Amiv » a été inaugurée le lundi 29 Novembre 2010 en partenariat avec le milieu associatif et institutionnel. L’espace d’accueil de l’enfant fragilisé est conçu pour être sécurisant et éviter que l’audition indispensable à la poursuite d’une enquête ne soit vécue comme un moment de stress. Un local technique est installé derrière une vitre sans teint pour permettre l’enregistrement des échanges.

La Fondation de l’enfant de Anne-Aymone Giscard d’Estaing a contribué au financement et à l’équipement de cette unité.

Lire l’article sur lunion.press.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.