Incivilités à l’hôpital, la bientraitance doit être à double sens

Le médiateur de la république pointe du doigt une certaine banalisation de la violence dans les structures de santé et notamment au sein des hôpitaux. Il insiste sur l’idée que les établissements devraient être évalués selon leur capacité à promouvoir la bientraitance. C’est-à-dire que les professionnels comme les patients doivent garder en tête leurs droits mais aussi leurs devoirs et que les institutions doivent œuvrer dans ce sens.

Le rapport de 2010 du médiateur de la république insistait sur la montée des phénomènes de maltraitance au sein des hôpitaux. On pouvait en effet relever un défaut d’attention, des oublis de patients, des paroles inappropriées, etc. Le personnel se défendait en plaidant à juste titre, une surcharge des tâches, de mauvaises conditions de travail, un engorgement des urgences, etc.

D’un autre côté, entre 2008 et 2009, les violences et menaces physiques à l’égard du personnel auraient augmenté de 25%. Si bien qu’en 2010 le ministère de la justice a été associé au protocole santé-sécurité.

La bientraitance doit être une démarche à double sens entre les professionnels et les patients. On pourrait même y ajouter les institutions pour un système triangulaire.

Lire l’article sur brevesante.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.