Un kit pour permettre une communication directe entre la personne handicapée et le soignant

Les personnes ayant des difficultés pour communiquer se font accompagner lorsqu’elles ont à se rendre à l’hôpital ou aux urgences. Le dialogue se fait alors entre le médecin ou le soignant et la personne accompagnant le patient handicapé ayant des difficultés d’expression ou de compréhension. On ne saurait blâmer personne de cette situation, mais il faut néanmoins convenir que cela ne répond pas à une démarche de bientraitance.

Pour remédier à cela, un kit de communication a été mis au point à l’initiative de l’AP-HP. Nadège Renaux explique que c’est à la suite de discussions avec des associations pour personnes handicapées que ce projet est né.
Un groupe de travail comprenant des responsables associatifs (polyhandicap, déficience intellectuelle, surdité, autisme…), des urgentistes ainsi que des professionnels du secteur sanitaire et social s’est réuni à l’AP-HP. De là est apparu le kit confectionné avec l’aide de graphistes.

Il comporte :

  • Un tableau composé de vingt pictogrammes permettant au patient de signifier : « J’ai chaud », « j’ai soif », « j’ai mal », « puis-je écrire ? »…
  • Des fiches de dialogue permettant grâce à ces mêmes pictogrammes d’interroger le malade sur ses symptômes : « Depuis combien de temps avez-vous mal ? », « avez-vous de la température ? », « avez-vous vomi ? », « avez-vous des vertiges ? »
  • Enfin il permet d’expliquer de la même manière le déroulement des examens à venir : prise de sang, IRM, etc.

Lors de la phase de test et de présentation du kit, le personnel soignant a jugé qu’il serait très utile non seulement aux personnes handicapées, mais aussi aux personnes ne parlant pas la langue et aux personnes en soins palliatifs. Ainsi cet outil a été très bien reçu par les institutions qui demandent à en être équipées. Il est également disponible pour les particuliers qui peuvent en avoir l’utilité lors d’interventions à domicile.

Les concepteurs de ce kit jugent qu’ils favorise la bientraitance en permettant une interaction directe entre le malade et le soignant, ce qui est une marque de respect et de considération.

Pour plus d’informations : La-croix.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *