STOP VI.E.W : Rompre le silence qui entoure les violences faites aux femmes âgées en France

En 2010, le réseau des 114 CIDFF a informé plus de 50 000 femmes victimes de violences sexistes. 25 231 femmes victimes de violences au sein du couple ont bénéficié d’un accompagnement au sein des CIDFF.
S’il existe aujourd’hui en France et en Europe une réflexion spécifique sur les violences à l’encontre des femmes, ainsi que sur les maltraitances aux personnes âgées, il n’existe rien de comparable sur les femmes âgées victimes de violences.

En 2011, le CNIDFF et ALMA ont donc souhaité rompre le silence qui entoure les violences faites aux femmes âgées en réalisant, dans le cadre du projet européen STOP VI.E.W (Stop Violence Against Ederly Women programme DAPHNE), un premier recueil de données sur les violences faites aux femmes âgées en France.

L’augmentation de l’âge triple le risque d’être victime.

Les chiffres du réseau ALMA ont permis de constater que les femmes victimes de violences âgées de moins de 65 ans sont 24,5 % contre 75,5 % lorsqu’elles ont plus de 65 ans.
Rappelons par ailleurs que les femmes âgées sont souvent très fragilisées sur le plan économique, et qu’au-delà de 75 ans, 70 % des pauvres sont des femmes.
Ces premiers résultats ont ainsi permis de mettre en avant le continuum des violences envers les femmes.

Le projet STOP VI.E.W s’est donné pour objectif de sensibiliser l’ensemble des acteurs concernés à la problématique des violences envers les femmes âgées, de renforcer les compétences des différents professionnels et des bénévoles ainsi que l’information auprès du grand public.

Il entend également susciter un débat plus large au sein de la société, promouvoir les bonnes pratiques à un niveau national et européen.

> Plus d’informations sur STOP VI.E.W
> La plaquette de présentation de STOP VI.E.W
> A propos d’ALMA
> A propos du CNIDFF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *