Bientraitance des sujets âgés : sensibiliser le personnel des EHPAD aux bonnes pratiques

Dans un récent article publié sur le site La lettre de Psychogériatrie, Emmanuelle Fillion, sociologue spécialiste de la santé, aborde la question de la bientraitance en EHPAD en s’intéressant à la sensibilisation du personnel et des pratiques à adopter pour assurer le bien-être et la qualité de vie des résidents. Pour appuyer ses réflexions, elle prend l’exemple d’une approche de sensibilisation à la bientraitance récemment menée auprès du personnel de deux EHPAD de la région Ardenne.

Sensibilisation à la bientraitance : méthodologie de l’approche

S’appuyant sur le kit « Bientraitance » diffusé dans le cadre du programme MOBIQUAL (Mobilisation pour l’Amélioration de la Qualité des Pratiques Professionnelles) et mis à disposition par le réseau gériatrique de Champagne-Ardenne, des discussions ont été entamées sous la forme de groupes de travail. Cette expérience de réflexions a permis l’élaboration d’une « charte bientraitance » commune aux EHPAD participant au programme, laquelle a été présentée à toutes les parties concernées (résidents, familles, personnel, directions). Un groupe de référents volontaires a ensuite été formé dans chaque EHPAD, avec l’objectif de poursuivre la réflexion et promouvoir les pratiques de bientraitance tout au long de l’année.

Conclusions des réflexions collectives portant sur la notion de bientraitance

Difficile à définir, le concept de bientraitance tel que le présente l’Anesm « ne se réduit ni à l’absence de maltraitance, ni à la prévention de la maltraitance ». S’efforçant de tracer les contours de ce concept flou, les groupes de travail l’ont défini dans les termes suivants : « L’ensemble des ressources humaines (savoirs, savoir-faire, savoir-être) et des moyens institutionnels qui, de manière associée, vont concourir au bien-être des résidents en EHPAD et à leur qualité de vie ». Une définition qui a permis aux participants du programme de se familiariser avec la notion de maltraitance passive, un comportement inconscient qui peut se manifester par des attitudes hostiles comme entrer dans une chambre sans frapper, tutoyer ou infantiliser un résident, ne pas répondre à ses demandes, ne pas tenir compte de ses habitudes de vie, accomplir ses tâches à la va-vite, ne pas respecter son intimité, ou encore lui imposer ses choix.

Bien qu’atteinte d’une maladie dont les symptômes sont susceptibles de la déshumaniser aux yeux du personnel, entraînant ces gestes de maltraitance passive, le résident atteint de démence n’en demeure pas moins une personne sensible qui a besoin d’être écoutée et entendue. Pour cette raison, une formation spécifique du personnel s’impose comme une véritable priorité.

À cet égard, la charte bientraitance affichée au sein des établissements concernés par le programme semble d’ores et déjà avoir eu un impact positif sur les comportements des membres du personnel. Ils sont en effet une majorité à reconnaître avoir modifié leur attitude depuis la sensibilisation à la bientraitance.

Au vu de cette expérience, un constat s’impose : Il est indispensable de créer des espaces de parole pour le personnel des EHPAD afin de les aider à prendre du recul sur leurs pratiques et leurs ressentis. Ils pourront ainsi porter un regard différent sur les malades, qu’ils n’associeront plus seulement à leur propre crainte de mort et de perte de soi.

> Source : www.lettre-psychogériatrie.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.